Dépistage du VIH en France : les LBM au premier rang

Dans son édition du 28 novembre, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France présente un bilan actualisé, pour 2016, de l’activité de dépistage du VIH en France dans les Laboratoires de biologie médicale (LBM) mais par des Tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) et des autotests.

En 2016, les 4 200 laboratoires de biologie médicale ont réalisé 5,43 millions de sérologies VIH. Un nombre en augmentation depuis 2014 (+3 %) et qui fait suite à une stagnation entre 2011 et 2014. Avec 1,36 million de sérologies réalisées en 2016, l’Île-de-France (IdF) a concentré un quart de l’activité nationale de dépistage. L’augmentation du nombre de sérologies a été plus rapide pour les Départements d’outre-Mer (Dom) (+7 % entre 2014 et 2016) qu’en Métropole hors Île-de-France (+3 %). À l’échelle régionale, dans l’ensemble, l’activité de dépistage a été stable ou a augmenté sans aucune diminution significative sur la période.

Les trois quarts des sérologies VIH effectués en laboratoire

Les trois quarts (76 % en 2016) des sérologies VIH ont été effectués en laboratoire de ville, une proportion stable depuis plusieurs années. En 2016, 6 % des sérologies (soit environ 300 000) ont été réalisées dans un cadre anonyme.
Parallèlement, 56 339 Trod ont été effectués, en 2016, par 52 associations ou structures de prévention impantées en majorité (53 %) en Île-de-France. Ce nombre, légèrement plus faible que lors des deux années précédentes (autour de 62 000), est équivalent à celui observé en 2013. Parmi les personnes dépistées par Trod en 2016, 72,4% étaient des hommes, 26,7% des femmes et 0,9 % des personnes transexuelles.
Enfin, au cours de l’année 2016, 74 651 autotests VIH ont été vendus en pharmacie dont près de 28 000 (37%) en Île-de-France. Le nombre moyen de ventes par mois s’est élevé à 6 200 en 2016, avec deux pics en avril et en décembre. Au 31 décembre 2016, près de la moitié des pharmacies (47,9 % en Métropole) proposaient des autotests à la vente.

Les laboratoires à l’origine de 35 % des sérologies confirmées positives

Le nombre de sérologies VIH confirmées positives en laboratoire, en 2016, est estimé à 10 667 dont près de la moitié (46 %) en Île-de-France. Ce chiffre est globalement stable au cours des dernières années, que ce soit en Île-de-France, dans les Dom ou en Métropole hors Île-de-France. En 2016, environ 1 100 sérologies anonymes ont été confirmées positives, soient 10% des sérologies positives.
Les laboratoires de ville ont été à l’origine de 35 % des sérologies VIH confirmées positives en 2016. Ce nombre a diminué́ depuis 2014 en ville (-10 %) alors qu’il est resté stable à l’hôpital. En ce qui concerne le dépistage communautaire, 497 Trod étaient positifs en 2016 dont 93 (19 %) chez des personnes qui connaissaient déjà leur séropositivité. Parmi celles qui ne se savaient pas positives auparavant, 77 % ont été contrôlées par le biais d’un test classique et 2 % (6) se sont avérées être des faux positifs. Enfin, l’Île-de-France concentrait 63 % des 491 personnes affichant un Trod positif après exclusion des faux positifs connus.