Infections nosocomiales Santé Publique France salue la mobilisation des professionnels

Dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH n°25-26 paru le 17 juillet dernier), Santé Publique France dresse le bilan des Signalements d’infections nosocomiales (SIN) effectués par les établissements de santé français depuis 2001. Elle salue l’adhésion des professionnels de santé à ce dispositif et les appelle à poursuivre leurs efforts.

Entre 2001 et 2017, « 23 012 SIN (100 658 patients) ont été reçus », pointe l’agence nationale de santé publique dans son dernier bilan. Entérobactéries (31 %, dont 8 % d’entérobactéries résistantes aux céphalosporines de 3e génération et 81 % d’entérobactéries productrices de carbapénémases), Enterococcus spp. (9 %), Acinetobacter baumannii (6 %) et Staphylococcus aureus (8 %) figurent parmi les micro-organismes les plus fréquemment retrouvés.

« La flexibilité et l’utilité » du dispositif français

Au total, 46,1 % des SIN concernaient une Bactérie multirésistante (BMR, 13,3 %), une Bactérie hautement résistante (BHRe, 25,0%), une bactérie multirésistante et une bactérie hautement résistante (0,7 %) ou un Clostridium difficile (7,1 %), poursuit Santé Publique France. La « forte augmentation des SIN BMR, BHRe ou C. difficile », qui représentaient 66 % des signalements en 2016 contre 2,5 % en 2001, témoigne de la « sensibilisation des équipes d’hygiène hospitalière pour leur contrôle », détaille l’agence. Selon elle, « ces efforts doivent être poursuivis ».
De manière générale, ce bilan 2001-2017 montre aussi « la flexibilité et l’utilité » du dispositif français de signalement des infections nosocomiales « qui a su s’adapter à l’actualité des risques infectieux dans les établissements de soins, a permis d’identifier précocement des émergences et a contribué à leur maîtrise en France », estime l’instance de santé publique. Pour aller plus loin en distinguant les SIN liés à l’antibiorésistance et en proposant une description plus adaptée de ces événements, « un outil dédié au signalement des BHRe est disponible depuis septembre 2017 au sein de l’application e-SIN », rappelle-t-elle.