L’Autorité de la concurrence ne ménage pas la biologie médicale

L’Autorité de la concurrence a publié, le 18 octobre, le bilan intermédiaire de son enquête sectorielle sur la distribution des médicaments et la biologie médicale. Un document qui a de quoi inquiéter les biologistes médicaux.

L’Autorité de la concurrence dit tenir compte de « l’importance que les pouvoirs publics attachent au maintien d’un haut niveau de protection de la santé publique dans notre pays ». Cependant, elle ne semble pas l’appliquer à sa grille d’analyse, laquelle prône la libre concurrence tous azimuts.

Vers la fin de l’indépendance des biologistes ?

Sous prétexte de mieux défendre les professionnels de santé français, l’Autorité souhaite en effet supprimer de très nombreuses règles du jeu parmi lesquelles celles relatives à la maîtrise du capital par les professionnels exerçants, l’autorisation des ristournes et les règles territoriales. Des règles qui, lorsqu’elles sont appliquées, sont les seules qui permettent de conserver l’indépendance des professionnels et d’éviter que l’ensemble de la biologie médicale française ne soit rachetée par les opérateurs financiers et industriels étrangers.
L’Autorité de la concurrence a toutefois soumis son bilan intermédiaire à une consultation publique afin de recueillir les avis des professionnels concernés. Les biologistes peuvent donc se saisir de cette opportunité pour s’exprimer et ce, avant le 18 novembre. L’avis définitif devrait, quant à lui, être rendu début 2019.

Pour lire l’intégralité du bilan intermédiaire :
http://www.autoritedelaconcurrence.fr/doc/labos_biologie_consult_oct18.pdf
Pour participer à la consultation publique :
http://www.autoritedelaconcurrence.fr/doc/fiche_questions_reponses_oct18.pdf