Cancer colorectal : un marqueur universel pour l’ADN tumoral circulant dans le sang

Des chercheurs1 ont montré que l’analyse de modifications épigénétiques pourrait être utilisée comme marqueur universel pour le suivi de l’ADN tumoral circulant dans le sang de patients atteints de cancer colorectal.

Les modalités de diagnostic et de suivi des différentes formes de cancer ont beaucoup évolué. La biopsie liquide, qui consiste à analyser les marqueurs génétiques du cancer présents dans le sang des patients plutôt que la tumeur, est devenue de plus en plus fréquente. Cette méthode présente l’avantage d’être non invasive et permet de disposer d’une cartographie précise de l’état d’avancement des tumeurs du patient en analysant l’ADN qu’elles relarguent et qui est diffusé dans le sang.

Deux marqueurs génétiques spécifiques

Les chercheurs, qui se sont principalement intéressés au cancer colorectal, ont d’abord montré qu’une très grande diversité de marqueurs génétiques est présente dans les tumeurs, ce qui rend leur analyse compliquée, voire impossible.
Il a alors été indispensable de trouver des marqueurs qui puissent être universels, permettant ainsi de suivre un maximum de patients avec un minimum de tests. Dans cette perspective, les chercheurs ont procédé à une analyse sanguine de patients atteints de cancer colorectal par la méthode de PCR digitale par microgoutelettes.
« Cette démarche a montré que l’hypermétilation des gènes WF1 et/ou NPY était détectable dans 100 % des tumeurs, qu’elles soient localisées ou métastasiques, et que ces marqueurs pouvaient également être détectés dans le sang des patients », note l’Inserm. Et de conclure : « Avec ces résultats2, les scientifiques ont démontré que l’on peut aussi bien suivre l’efficacité d’un traitement chez des patients atteints d’un cancer avancé, que détecter d’éventuelles récidives plus précocement que les méthodes conventionnelles. »

1 Des chercheurs de l’Université Paris Descartes, du CNRS, de l’Inserm, de l’Université Paris-Est Créteil et de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).
2 Les résultats de ces travaux ont été récemment publiés dans la revue scientifique de référence Clinical Chemistry.